BobZigua contre les méchants

 

Extrait de l’interview de Bobzigua parue dans les « Accros Cupides » en février 2008

AC : Le premier album de Bobzigua, l’ébauche d’une oeuvre… ? C’est très émouvant.

BZG : oui, c’est vrai. Cet album, conçu dans la joie et la douleur, vendu à seulement 13 millions d’exemplaires, et surtout dans les Bouches du Rhone, nous a appris beaucoup ; sur nous-mêmes d’abord :  nous étions jeunes, insouciants, sans le sou… ha oui, c’était le bon temps. Le temps de la bohème.

AC : Pourquoi « Contre les méchants » ?

BZG : Il faut avouer qu’à l’époque nous étions énervés par cette société cruelle, et barbare.

AC : Oui d’ailleurs, vous avez écrit un titre qui s’appelle « Barbare » ?

BZG : Oui tout à fait.

AC : Est il encore possible de trouver cet album ?

BZG : Oui bien sûr ! bien qu’il soit maintenant entré dans le « patrimoine culturel », on peut encore le trouver là :

Contre les méchants

 

 

AC : Et bien merci Bobzigua.

BZG : Je vous en prie.